Expérience de la pyrolyse

Définition de la pyrolyse :

La pyrolyse est la décomposition d’un composé chimique par la chaleur (sans flamme pour éviter l’oxydation et la combustion), pour obtenir de nouveau produits à partir de ces réactifs.

Dans le cadre de ce TPE, nous allons porter à très haute température le contenu d’une cigarette afin de déterminer les produits formés au cours de cette réaction, c'est-à-dire les substances qu’un fumeur ingère lorsqu’il tire une bouffée de cigarette.

 

-Pourquoi avoir choisi cette expérience ?

Nous avons choisi cette expérience car nous voulions observer le type de substances susceptibles d’être ingérées par un fumeur lorsqu’il fume. 

Pour cela, il fallait brûler le tabac à la même température que celle d’une cigarette brûlée et observer les produits de cette expérience, et l’on nous a indiqué que la pyrolyse d’une cigarette correspondait tout à fait à cette température-là. A la suite de cette expérience, nous comptons pouvoir identifier au moins les substances dégagées les plus visibles et essayer de déterminer la quantité qu’elles occupent dans une cigarette.

Voir le compte-rendu de l'expérience de la pyrolyse d'une cigarette, cliquez sur les liens suivants :

Partie 1    Partie 2    Partie 3

 

-Observations et interprétations de l’expérience :

 Au début de l’expérience, le tabac que l’on peut observer est clair, blond, on peut observer différentes teintes de couleurs au niveau des feuilles. Lorsque l’on pyrolyse le tabac, celui-ci brûle et devient de plus en plus noir. On observe un dégagement gazeux au bout du tube à dégagement et, lorsque l’on approche une flamme du bout du tube, celle-ci se ravive. A la fin de l’expérience, on observe dans le tube à essais un dépôt de goudrons et d’huiles de couleur brune, plutôt foncée par rapport à la couleur initiale.

àLorsqu’un fumeur brûle une cigarette, il se passe exactement la même chose : dans la réalité, le tube à essais est remplacé par le papier qui contient le tabac de la cigarette, et le tube à dégagement correspondrait à la bouche et la gorge du fumeur : en effet, lorsqu’il fume, la fumée va normalement dans sa bouche, mais celui-ci l’évacue en soufflant. En revanche, les goudrons et huiles dont on a relevé la présence ne sont pas évacués et s’accumulent au fond de la gorge, jusqu’à ensuite suivre le trajet de l’appareil respiratoire jusqu’au poumon. Les huiles et goudrons correspondent donc à ce que les poumons d’un fumeur ingèrent lorsqu’il fume une cigarette. Le gaz dont on a relevé la présence grâce à l’allumette est de l’oxyde de carbone. 1g de tabac donne, en brûlant, 80cm3 d’oxyde de carbone. C’est une quantité négligeable à l’air libre, mais qui peut aboutir, dans une atmosphère confinée, à une concentration très toxique. Les fumeurs, rejetant une partie de la fumée qu’ils aspirent, ingèrent tout de même de ce gaz, ce qui est très néfaste pour leur santé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site